Quels sont les pièges du leasing auto ?

contrat leasing

Les principaux pièges du leasing de voiture sont essentiellement liés à une méconnaissance de ce mode de financement, voici donc les principaux points à connaître avant de souscrire une LOA ou une LLD.

Le leasing est un crédit

La base du leasing est tout d’abord de savoir que ce financement est associé à un crédit à la consommation, autrement dit, c’est la concession automobile qui propose au bailleur (organisme de financement) d’acheter le véhicule et de proposer un contrat de location à l’automobiliste. Le contrat est donc mis en place entre le bailleur et l’automobiliste, la concession ne propose que la vente et l’entretien, c’est en quelque sorte un support à la location.

Le piège du contrat : LOA et LLD

Il y a deux contrats qui sont proposés sur le marché du financement de leasing, la location avec option d’achat (LOA) et la location longue durée (LLD). La principale différence réside dans l’option d’achat du véhicule qui n’est possible que dans le cadre la LOA. Autrement dit, de nombreux automobilistes ont un contrat LLD en pensant pouvoir racheter le véhicule au terme du contrat, ce qui n’est possible qu’avec la LOA.

Le piège du kilométrage

Lors de la souscription au contrat de LOA ou de LLD, l’automobiliste doit définir le kilométrage annuel qu’il va effectuer avec le véhicule. L’exercice n’est pas simple car il faut prévoir au mieux ses déplacements, en se basant sur les années précédentes mais aussi en espérant qu’aucun changement ne viendra affecter la limite de kilométrage. Un kilométrage annuel trop haut se résultera par une perte d’argent car les loyers auraient pu être plus bas, et un dépassement du kilométrage entrainera des frais supplémentaires, en moyenne 15 centimes d’euros par kilomètre supplémentaire.

Les frais de remise en état

La restitution de la voiture à la fin du contrat de LLD ou de LOA si l’option d’achat n’est pas levé va impliquer une vérification du véhicule. Si le véhicule est endommagé, la concession va devoir procéder à des réparations pour pouvoir remettre le véhicule en vente ou le proposer dans un leasing d’occasion. Ces frais seront facturés à l’automobiliste, c’est ce que l’on appelle les frais de remise en état. La vérification des dommages reste subjectif car il y a forcément le vieillissement du véhicule et de légères griffes par exemple seront acceptées. En revanche, si l’aile est entièrement griffée ou renfonce, il faudra procéder à des réparations. En France, les frais de remise en état s’élèvent en moyenne à 798 euros.

Quels sont les pièges du leasing auto ?
5 (100%) 1 vote[s]