Leasing : qui paie les réparations ?

Il y a différents cas de figures qui peuvent se présenter nécessitant des réparations du véhicule en leasing. Suivant le type de sinistre, c’est soit l’assureur, soit l’automobiliste qui devra régler…

Sinistre pris en charge par l’assurance

Vous faites l’objet d’un accident avec le véhicule sur la voie publique, impliqué ou non avec d’autres véhicules, le sinistre devra être déclaré à l’assurance. Que vous soyez en tort ou non, le sinistre déclaré sera pris en charge par l’assurance et pourra entrainer le paiement d’une franchise. Il n’est pas nécessaire d’en informer la concession et le bailleur ayant accepté le leasing automobile, sauf si le véhicule est déclaré comme irréparable ou épave. Dans ce cas de figure et si vous avez souscrit à la garantie perte financière, vous n’aurez rien à payer puisque l’assurance prendre en charge le remboursement du véhicule auprès du bailleur à sa valeur estimée et la garantie perte financière permettra de prendre en charge le delta restant.

La prise en charge des réparations par l’assurance implique donc d’avoir :

  • Une assurance auto couvrant tous les risques (franchise suivant les options et les assureurs)
  • Une garantie perte financière pour couvrir la différence entre valeur estimée et valeur réelle
  • Des garanties suffisantes (incendie, vol, etc…)

Il faut donc effectuer une vérification de son ou ses contrats d’assurance afin de contrôler les niveaux de garanties et les différentes prises en charge. Important, il faut déclarer le sinistre dans un délai de 3 jours maximum.

contrat leasing

Réparations du véhicule à la charge de l’automobiliste

Lors de la restitution du véhicule, la concession va effectuer un contrôle complet de la voiture pour vérifier son état général et si des dégâts ont été causés par l’automobiliste, ce dernier devra assumer les frais de remise en état. Un siège tâché, un pommeau de vitesse ou volant déchiré, une aile froissée, des jantes rayées sur toute la surface ou encore un pare-chocs bien abîmé sont tout autant de raisons pouvant entrainer une remise en état. Les concessions n’exigent pas d’avoir un véhicule en très bon état, elles vont simplement tenir compte des dégâts liés à l’usure mais un choc, une usure anormale ou une dégradation pourra entrainer le paiement des réparations par l’automobiliste.

Ces dégâts n’ayant pas fait l’objet d’une déclaration de sinistre auprès de l’assureur ne pourront être pris en charge. L’automobiliste dispose de plusieurs options :

  • Effectuer les réparations auprès d’un carrossier
  • Régler le montant des frais de remise en état

Il est par ailleurs possible de réaliser une pré-restitution de la voiture, c’est-à-dire de demander à la concession d’estimer le montant des travaux à effectuer pour avoir une idée du coût des réparations. L’automobiliste pourra ainsi demander un devis à un carrossier pour comparer et aller au plus offrant. Attention, une réparation mal effectuée pourra tout de même entrainer des frais de remise en état.