Utilitaire pour fleuriste : caractéristiques et devis

UTILITAIRES

Il suffit de quelques recherches en ligne pour se rendre compte de la grande diversité de l'offre dans le secteur des utilitaires. Chaque modèle possède ses spécificités et répond aux besoins d'une profession en particulier. Le métier de fleuriste implique notamment le transport sécurisé de plantes variées. Choisir le bon utilitaire demande donc un peu de réflexion.

Utilitaire fleuriste

Quelles sont les contraintes du transport de végétaux ?

Définir avec précisions les besoins du métier de fleuriste est essentiel. L’utilitaire n’a pas besoin d’être très grand mais fonctionnel. Le fleuriste aura besoin d’installer des supports adaptés pour le transport de ses marchandises. Les végétaux sont tous différents, il faut donc prévoir un espace modulable à l’intérieur. Le volume occupable est un second critère à étudier. Le professionnel doit pouvoir stocker suffisamment de marchandises mais ces dernières doivent rester facilement accessibles. Outre ces aspects techniques, deux options sont indispensables :

  • la protection des marchandises,
  • la simplicité d’installation d’un système d’irrigation/arrosage.

Comment bien choisir le parfait utilitaire pour le transport de végétaux ?

Une fois que les besoins spécifiques de la profession ont été définis, il suffit de procéder par étape pour trouver le modèle d’utilitaire le plus adapté.

Le volume

Un volume petit à moyen suffit amplement. Un fleuriste transporte ses marchandises mais en quantité limitée. Ces dernières doivent rester fraîches et en bonne santé. Un enfermement trop long, des secousses répétées, un manque d’apport de lumière sont autant de facteurs qui peuvent nuire aux plantes et aux fleurs. Un utilitaire de taille moyenne est donc idéal.

La charge maximale

Contrairement à une entreprise du bâtiment, le poids embarqué par un fleuriste est modeste. Les marchandises se résument à :

  • des plantes vertes et des fleurs,
  • des pots et des jardinières,
  • des sacs de terreau et des produits d’entretien.

Dans ces conditions, nul besoin de dépenser plus pour un véhicule capable de transporter des charges lourdes ou sensibles.

La longueur du véhicule

Une fois encore, la modération reste de mise. Le métier de fleuriste implique des déplacements locaux, majoritairement en vile. Un utilitaire de taille raisonnable facilite les conditions de circulation en zone urbaine.

La motorisation

Une motorisation puissante n’offre pas grand intérêt pour la livraison de végétaux. Un fleuriste a surtout besoin d’un véhicule :

  • robuste,
  • endurant,
  • à faible consommation de carburant,
  • d’une longévité accrue.

Un véhicule diesel remplit tous ces critères. Les entrepreneurs et artisans sont majoritairement équipés d’utilitaires diesel, fiables et économiques.

Faut-il prévoir l’achat d’un véhicule neuf ou d’occasion ?

L’achat d’un véhicule neuf n’est pas nécessaire, à condition de bien choisir l’utilitaire. L’état général doit être plus que satisfaisant, afin de garantir au professionnel de repartir avec un véhicule qui ne se transformera pas en gouffre financier, suite à diverses pannes imprévues. Les rayures, les bosses ou la peinture écaillée ne portent pas préjudice aux éléments mécaniques de l’utilitaire mais certaines professions, comme les fleuristes, ont besoin d’offrir à leur clientèle une image qui inspire confiance. Le véhicule sélectionné doit donc posséder une carrosserie en bon état. Un siège abîmé ne se voit pas de l’extérieur mais il faut également tenir compte du temps passé au volant pour assurer les livraisons. Un siège en trop mauvais état va impacter à long terme l’état de santé du fleuriste (douleurs chroniques, fatigue, inconfort généralisé). L’état des amortisseurs ne revêt pas de réelle importance pour un fleuriste qui ne transporte pas de charges lourdes. Cela impacte tout de même le confort du conducteur et la consommation de carburant de l’utilitaire. Des amortisseurs en fin de vie impliquent également que l’ancien propriétaire a soumis son véhicule à de fortes contraintes. Cela peut laisser présager une usure importante sur d »autres éléments du véhicule. Il convient de rester vigilant. Le kilométrage, quant à lui, est important mais pas crucial, surtout s’il s’agit d’un véhicule diesel qui possède une durée de vie particulièrement longue.

Le leasing, une solution pertinente ?

Qu’est-ce que le leasing ? Cette solution est souvent proposée aux professionnels car elle les libère de nombreuses contraintes, notamment d’entretien et de réparation. Louer un véhicule permet de maîtriser le budget de l’entreprise. Que ce soit au lancement ou durant une période creuse, les professionnels peuvent rencontrer certains problèmes financiers. Devoir faire face à un crédit peut alors rapidement devenir problématique. La location d’un utilitaire offre cette opportunité de réduire au maximum le coût mensuel du véhicule. En ce sens, le leasing est une excellente option qui s’offre au fleuriste. D’autant plus qu’un leasing n’exige pas d’apport initial, comme c’est le cas pour un crédit. Le leasing, outre ses avantages financiers indéniables, est intéressant à bien des égards :

 

  • le fleuriste dispose en permanence d’un véhicule à l’état neuf : il est effectivement possible de changer de modèle d’utilitaire en cours de contrat,
  • un contrat de leasing inclut souvent des options essentielles externes : une assurance, une assistance 7/24, un entretien régulier,
  • la possibilité d’acquérir le véhicule en fin de contrat.

Leasing, les pièges à éviter

Malgré ses atouts particulièrement attractifs, le leasing peut devenir handicapant pour un professionnel. En cas d’achat de l’utilitaire en fin de contrat de location, il n’est pas rare que le coût global soit plus élevé que lorsque l’on achète directement un véhicule. Rester en location semble donc plus avantageux, afin de rouler tout au long de sa carrière avec un véhicule neuf et entretenu en permanence. De plus, de nombreux contrats contiennent une clause impliquant la continuité des paiements, y compris en cas de destruction du véhicule dans un accident, par exemple. Le professionnel se retrouve alors contraint de payer ses mensualités alors qu’il ne dispose plus du véhicule. Enfin, il faut savoir qu’il est difficile d’obtenir l’autorisation de modifier un véhicule en location. L’aménagement pour le transport de végétaux (pose d’étagères ou de fixation, système d’arrosage) peut être refusé. Ce point doit donc être éclairci en amont de la location et notifié par écrit dans le contrat.